SHARE

La gestion financière est une compétence essentielle : Les étudiants de niveau postsecondaire qui investissent dans leur éducation sont plus confiants dans leurs aptitudes de gestion financière, mais l’apprentissage se poursuit après l’obtention du diplôme, selon un sondage RBC




Jeudi 17 août 2017.- En matière d’éducation postsecondaire, il y a d’importantes leçons de vie (et de gestion financière) à apprendre en dehors des salles de classe. D’après un récent sondage mené pour le compte de RBC®, les étudiants dont les parents financent moins du quart des dépenses ont plus confiance en leurs propres décisions financières et sont plus susceptibles d’établir un budget et de le respecter, comparativement à ceux qui reçoivent un plus grand soutien financier de leurs parents. Malgré cette confiance renforcée, la gestion financière est un apprentissage continu et bon nombre d’étudiants auraient avantage à mieux s’y exercer.

Comment les étudiants financent-ils leur éducation ?
Figurer comment ils financeront leurs études représente une importante préoccupation pour de nombreux étudiants, et les sources sont souvent diversifiées. Soixante-quatre pour cent des étudiants obtiennent moins du quart du financement requis auprès de leurs parents, alors que 36 % des étudiants en obtiennent au moins le quart. L’étude démontre également que 61 % des étudiants ont des emplois d’été et que 53 % reçoivent des bourses ou des subventions. De plus, près de la moitié des répondants (47 %) travaillent à temps partiel durant l’année scolaire.

« La période des études postsecondaires est trépidante pour les jeunes, car ils vivent de grandes transitions et doivent prendre plusieurs décisions importantes. Le choix d’une institution et d’un programme et la conciliation des études avec les activités sociales ont tendance à dominer les préoccupations des étudiants, qui s’intéressent moins aux finances, explique Laura Plant, directrice générale, Services bancaires aux étudiants. Cette étape de vie, où les étudiants gagnent en indépendance et vivent de nouvelles expériences, est pourtant le moment idéal pour planifier leur bien-être financier. Mais nous savons qu’il reste du travail à faire pour que les étudiants acquièrent l’assurance, les connaissances et les aptitudes nécessaires, et cela va bien au-delà de ce qu’ils apprennent en classe. »




Différences dans les dépenses
Les dépenses et les priorités diffèrent en fonction des sources de financement des études. Après la catégorie « épicerie/nourriture/alcool » et les sorties au restaurant, les étudiants dont les parents fournissent moins de 25 % mentionnent l’essence et le stationnement (31 %), le téléphone cellulaire et les données (28 %), et les services publics (21 %) comme principaux éléments de leur budget. Bien que les activités sociales n’arrivent pas en tête de liste pour ce groupe, elles font partie intégrante de la vie étudiante et devraient être intégrées au budget. Du côté des étudiants qui ont moins d’obligations financières, les activités sociales et le divertissement (30 %), les vêtements et les chaussures (23 %), ainsi que le téléphone cellulaire et les données (22 %) sont en tête de liste.

Attentes après les études
Non seulement les étudiants qui reçoivent un plus grand soutien financier de leurs parents ont-ils des attentes plus élevées à cet égard durant leurs études, ils sont deux fois plus susceptibles de compter sur un soutien financier continu après l’obtention de leur diplôme (21 % comparativement à 11 %).

« Votre contribution financière à l’éducation de votre enfant est un merveilleux cadeau, mais il est très important d’établir des attentes claires de part et d’autre. Assurez-vous d’aborder les « modalités » de votre soutien financier, y compris le moment où il prendra fin », ajoute Mme Plant.

Conseils pour les parents

Parlez-en : Abordez tôt l’établissement d’un budget et la gestion financière avec votre enfant. Moins vous attendez pour amorcer la conversation, mieux chaque personne concernée se sentira préparée lorsque viendra le moment de commencer à payer les frais de scolarité et autres dépenses. Le passage aux études postsecondaires est un changement important que vous pouvez faciliter en réduisant le stress lié à l’argent.
Commencez tôt à épargner : Si vous prévoyez contribuer aux études de votre enfant, épargnez tôt et souvent. Une façon de commencer est l’ouverture d’un régime enregistré d’épargne-études.
Clarifiez les attentes : Établissez les attentes relativement au montant de votre contribution et à celui que votre enfant devra assumer lui-même. Il est important que vous soyez sur la même longueur d’onde dès le départ.
Conseils pour les étudiants




Ne passez pas à côté des fonds « gratuits » : Peu importe la façon dont vous financez vos études, il existe de nombreuses sources de fonds que vous ne serez pas tenu de rembourser, comme des bourses d’études. Des sites comme ScholarshipsCanada.com et StudentAwards.com (en anglais) peuvent vous aider à trouver ce type de financement.
Épargnez : Prenez l’habitude d’épargner de façon régulière. Même de petits montants d’épargne peuvent contribuer à couvrir vos dépenses à court et à plus long terme, qu’il s’agisse de payer les frais de scolarité, le loyer ou des vacances pendant la relâche. Si vous établissez des virements automatiques de votre compte de chèques vers un compte d’épargne à intérêt élevé ou un compte de placement pour l’acquisition de certificats de placement garanti, vous obtiendrez, en plus, des revenus d’intérêt.
Adressez-vous à un expert : Nous savons que les étudiants sont occupés. La gestion financière est un sujet pour lequel on ne s’attend pas à ce que vous ayez toutes les réponses. Adressez-vous à un expert financier qui vous aidera à commencer à épargner et à déterminer les options qui vous conviennent le mieux. Assuré que tout va bien sur le plan financier, vous pourrez vous concentrer sur ce qui compte le plus : vos études et la vie étudiante !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here