SHARE

Samedi 12 août 2017 (rezomontreal.ca).-  Tout n`est pas rose pour les migrants qui ont franchi la frontière afin de demander l`asile au Québec.



Avant d`être admis, temporairement, sur le territoire canadien, ils sont soumis à des vérification de sécurité dans le but d’établir leur identité. Mais en raison de l`afflux de ces dernières semaines, les douaniers sont débordés et les migrants doivent attendre jusqu`a trois jours avant de boucler ce processus.

Vendredi dernier, les journalistes ont recensé entre 1000 à 1200 migrants en attente d’être admis au Canada sur le site du poste frontalier de Saint-Bernard-de-Lacolle, alors que seulement 200 à 300 dossiers sont traités quotidiennement.

Entre temps, ces réfugiés, impatients, doivent vivre dans des conditions assez difficiles. La majorité doivent dormir à même le sol et ont accès à un nombre limité de salles de toilettes dépourvues de douches.

Malgré l`intervention de la Croix-Rouge et l’installation par les militaires de tentes pour héberger les migrants, en majorité des Haïtiens, les conditions restent difficiles.



Serge Bouchereau du Comité d`action des personnes sans statut a du dénoncer cet état de fait et, tout en rappelant que le Canada est signataire de la Convention de Genève, a soutenu que les autorités sont obligées « d’accueillir ces gens-là convenablement comme des êtres humains».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here