SHARE

Vendredi 4 août 2017 (rezomontreal.ca).- Lors d’une entrevue diffusée sur les ondes du réseau anglais Canadian Broadcasting Corporation (CBC), le ministre de l Immigration du Canada,Ahmed Hussen n a pas voulu encourager les migrants illégaux, en majorité des Haïtiens, qui sont de plus en plus nombreux à traverser la frontière canado-américaine en quête d`asile.




Le ministre qui a été lui-même un ancien réfugié en provenance de Mogadiscio en Somalie, a rappelé aux demandeurs d`asile que leur acceptation n`est pas automatique et que celle-ci se fera sur la base de leur dossier d`immigration.

« Si leur demande d’asile est crédible, ils restent. Sinon, ils sont expulsés. C’est la loi », a prévenu M. Hussen, élu député de la circonscription de York-Sud—Weston lors des élections fédérales de 2015. Il en a profité pour exhorter ceux qui veulent franchir la frontière à faire leur demande d’asile aux États-Unis, qui est suivant l’entente entre le Canada et les États-Unis sur les tiers pays sûrs, « un pays sécuritaire, qui a un système solide et équitable ».

Bien entendu, cette loi ne s`applique pas aux clandestins qui arrivent à passer la frontière illégalement. Ceux-ci peuvent faire leur demande d`asile normalement au Canada et ne sont passibles de renvoi que si leur dossier a été jugé non crédible.



Rappelons que trois organismes, Amnistie internationale, le Conseil canadien des réfugiés et le Conseil canadien des Églises, avaient contesté en 2005 devant les tribunaux la désignation des États-Unis comme tiers pays sûr, soutenant que les États-Unis n’étaient peut-être pas sécuritaires pour tous les réfugiés.

Apres avoir été déboutés en appel, ils sont revenus à la charge en juillet dernier en faisant valoir que le renvoi des demandeurs d’asile aux États-Unis est inapproprié et peut mener là-bas à des violations des droits de la personne.

sources Radio Canada

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here