SHARE

Lundi 6 novembre 2017 (rezomontreal.ca).- Dans le cadre des efforts déployés par le gouvernement du Canada pour créer un système de détention liée à l’immigration amélioré et plus équitable, l’honorable Ralph Goodale, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, a émis aujourd’hui une instruction à l’intention de l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) sur le traitement des mineurs dans le système de détention liée à l’immigration du Canada. Cette instruction s’ajoute aux améliorations en cours apportées au système.



Le principal objectif de l’Instruction du ministre est de cesser dans la mesure du possible la détention des mineurs et d’assurer l’unité familiale. L’Instruction du ministre stipule clairement que l’intérêt supérieur de l’enfant doit être la principale considération. Pour ce faire, il faudra chercher activement et sans relâche des solutions de rechange à la détention lorsque la libération sans condition est jugée inadaptée.

Ces solutions peuvent comprendre la déclaration en personne, le cautionnement d’exécution ou en espèces, la surveillance dans la collectivité et la déclaration vocale. L’Instruction du ministre interdira aussi l’isolation des mineurs.

Pour mettre en œuvre l’Instruction, l’ASFC a émis la Directive nationale sur la détention ou l’hébergement de mineurs afin d’éclairer la prise de décisions des agents relativement à la détention.

Ces initiatives font partie du Cadre national en matière de détention liée à l’immigration du Canada, annoncé en août 2016, qui comprend un investissement de l’ordre de 138 millions de dollars pour améliorer l’infrastructure en matière de détention liée à l’immigration, offrir de meilleurs services médicaux et de santé mentale dans les centres de surveillance de l’immigration de l’ASFC, accroître les partenariats et élargir la gamme de solutions de rechange à la détention pour réduire le nombre de mineurs en détention.




Grâce aux consultations menées auprès des Canadiens plus tôt cette année, la mise en œuvre du Cadre progresse. L’ASFC entamera bientôt les négociations contractuelles visant à ce que l’Armée du Salut, La Société John Howard du Canada et le Programme de cautionnements à Toronto offrent des services de gestion et de surveillance des cas aux personnes remises en liberté, et ce, à compter du printemps 2018.

Parallèlement, les projets d’infrastructure progressent. Les travaux de construction ont débuté pour le centre de surveillance de l’immigration de la Colombie-Britannique; l’avant-projet de conception a été finalisé et un nouvel architecte a été embauché pour la création d’un nouveau centre à Laval, au Québec, et les travaux de construction et de rénovation du centre du Grand Toronto ont commencé.

En outre, l’ASFC a conclu un contrat avec la Croix-Rouge canadienne pour commencer la surveillance des conditions de détention dans les centres de détention provinciaux et de l’ASFC. Des statistiques sur la détention sont maintenant régulièrement affichées sur le site Web de l’ASFC pour accroître la transparence relativement au nombre de détentions au Canada. L’ASFC a finalisé les ententes de détention avec les autorités provinciales du Québec, de l’Ontario et de la Colombie-Britannique.




Enfin, on s’emploie à offrir davantage de services médicaux et de santé mentale dans les centres de surveillance de l’immigration et à améliorer le processus d’évaluation des risques. L’ensemble de ces initiatives contribuera à l’atteinte des objectifs fondamentaux du Cadre national en matière de détention liée à l’immigration et à la transformation de notre système de détention liée à l’immigration.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here