SHARE

Vendredi 3 novembre 2017 (rezomontreal.ca).- L’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) est fière de s’unir à tous les partenaires de l’industrie de la construction, soit les associations patronales, les syndicats, ainsi que les organismes gouvernementaux afin de combattre avec vigueur les inconduites, le harcèlement et l’intimidation à caractère sexuel qui surviennent sur les chantiers et lieux de travail.

L’Association appuie sans réserve l’initiative de la Commission de la construction du Québec (CCQ) de mettre sur pied la Ligne Relais-Construction et lui offre toute sa collaboration.




La Ligne Relais-Construction servira de pivot central entre les personnes ayant subi ou ayant été témoins d’actes répréhensibles à caractère sexuel et toutes les organisations de l’industrie. Pour ce faire, cette ligne spéciale référera les personnes au bon endroit, tenant ainsi compte des rôles et responsabilités des associations patronales et syndicales.

« Il ne doit y avoir aucune tolérance quant à des inconduites, du harcèlement ou de l’intimidation à caractère sexuel. Cette initiative s’ajoute à plusieurs autres du genre qui ont été mises de l’avant dans les derniers jours. Nous l’appuyons et nous sommes heureux de collaborer à sa mise en place », déclare François-William Simard, vice-président Développement stratégique et Communications de l’APCHQ.

L’Association rappelle qu’elle est déjà proactive depuis plusieurs années envers ses membres qui vivent des situations de la sorte. Elle leur offre des conseils et des formations afin de mieux les outiller pour non seulement faire face à ces situations, mais aussi pour les prévenir.

Alors que le nombre de femmes entrepreneures est de plus en plus élevé dans l’industrie de la construction, l’APCHQ tient à souligner que les situations d’inconduites, de harcèlement ou d’intimidation à caractère sexuel doivent toutes être dénoncées, sans exception.




Ainsi, que ces situations se produisent lorsqu’il y a un lien d’autorité ou non ne fait pas de différence. Un cas où une femme entrepreneure serait victime d’un tel geste déplacé ne doit pas être davantage toléré.

« Aux victimes et témoins d’inconduites, de harcèlement et d’intimidation à caractère sexuel, entrepreneurs comme travailleurs, agissez et dénoncez! Avec la ligne Relais-Construction, le silence n’est pas de mise », conclut M. Simard.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here