SHARE

Action Compétences répond aux besoins uniques des apprenants adultes qui souhaitent améliorer leurs compétences

London, Ontario, vendredi 23 février 2018 (rezomontreal.ca). – Lorsque les Canadiens peuvent faire des études ou suivre des formations tout en conciliant mieux leurs responsabilités familiales, ils sont en meilleure position pour trouver et conserver de bons emplois. Rendre les études postsecondaires plus abordables pour les Canadiens est notre façon de continuer à stimuler la classe moyenne et à renforcer notre économie.




C’est pourquoi Kate Young, députée de London-Ouest, se trouvait aujourd’hui au Collège Fanshawe. Au nom de la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et du Travail, l’honorable Patty Hajdu, Mme Young a souligné l’élargissement de l’accès aux bourses d’études canadiennes aux étudiants à temps partiel dans le cadre d’Action Compétences mis en œuvre par le gouvernement du Canada .

Action Compétences est un nouveau plan qui permettra aux apprenants adultes de compter sur le soutien dont ils ont besoin pour réussir sur le marché du travail. Grâce à une nouvelle bourse canadienne pour étudiants de 1 600 dollars par année et à de nouvelles mesures plus souples du régime d’assurance-emploi, retourner aux études pourra devenir possible pour 43 000 Canadiens de plus, qui font partie de la classe moyenne, et pour ceux qui travaillent fort pour en faire partie.

Action Compétences prévoit plusieurs mesures, annoncées dans le budget de 2017, dont un financement de 287,2 millions de dollars sur trois ans aux fins d’un projet pilote, et ce, dès cet automne pour le début de l’année scolaire. Les étudiants qui ont quitté l’école secondaire depuis plus de 10 ans et qui sont admissibles à la bourse canadienne pour étudiants à temps plein recevront un montant supplémentaire de 1 600 dollars pour chaque année scolaire (soit 200 $ par mois) en guise de financement complémentaire. On estime que 43 000 Canadiens à faible et à moyen revenu bénéficieront de ce financement complémentaire pour l’année scolaire 2018-2019. De plus, pour la première fois, le revenu actuel des travailleurs et des chômeurs canadiens qui ont vu leur situation changer considérablement au cours de l’année précédente est dorénavant pris en considération pour déterminer leur admissibilité à une bourse canadienne pour étudiants. Cela signifie qu’une personne qui doit composer avec une baisse de revenu ne sera pas automatiquement et injustement pénalisée en raison de son revenu de l’année précédente.




De plus, à compter de la prochaine année scolaire, près de 10 000 étudiants à temps partiel de plus provenant de familles à revenu faible ou moyen bénéficieront de bourses non remboursables pouvant atteindre 1 800 dollars par année et de prêts pouvant atteindre 10 000 dollars. En outre, l’accès à des bourses pour les étudiants à temps partiel ayant des enfants sera élargi afin qu’ils puissent bénéficier de bourses pouvant aller jusqu’à 1 920 dollars par année.

Un accès élargi aux bourses d’études canadiennes pour les étudiants à temps plein et à temps partiel et pour ceux qui ont des personnes à charge permettra à davantage de Canadiens de bénéficier d’une éducation postsecondaire. Ces mesures bénéficieront aux Canadiennes en particulier, qui s’efforcent d’améliorer leurs perspectives de carrière tout en assumant leurs responsabilités familiales. Les femmes représentent près des deux tiers des bénéficiaires à temps partiel du Programme canadien de prêts aux étudiants, et environ quatre étudiants sur cinq qui reçoivent la bourse d’études canadienne destinée aux étudiants ayant des enfants à charge sont des femmes.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here