SHARE

Née le 5 février 1997 à Montréal, la joueuse de Tennis, Françoise Abanda, actuellement numéro 1 au Canada, se dit victime de discrimination raciale, ce fléau qui n`épargne pas les Noirs

Mercredi 16 mai 2018 (rezomontreal.ca).- A un tweet d`un fan du tennis qui se demandait pourquoi le public ne montre pas autant d`engouement pour Françoise Abanda que pour Eugénie Bouchard, la jeune sportive de 21 ans qui se relève d’une commotion cérébrale et qui est actuellement la mieux classée au Canada, répond, toujours sur Twitter « Je n’aurai jamais le même traitement car je suis Noire. C’est la vérité. »




Cette remarque, si elle n`a rien à voir avec sa collègue, Françoise Bouchard, a déclenché une véritable tempête sur les réseaux sociaux.

En conférence téléphonique, mercredi, depuis la Slovaquie où elle dispute le Tournoi ITF de Bratislava, Abanda, née à Montréal de parents camerounais, a levé le voile sur ce qu`elle a subi depuis ses débuts dans le tennis à l`âge de sept ans.

Abanda déclare avoir vécu des choses « atroces »  en raison de sa couleur de peau et qu`elle n`a pas pu avoir la couverture médiatique qu`elle mérite en tant que joueuse d’élite.

« Je suis complètement dans l’ombre. Ce n’est pas normal », se lamente-t-elle.

« J’ai laissé passer, et laissé passer, mais là, aujourd’hui, j’avais envie de m’exprimer. Il y a une réalité raciale qui existe, et je veux m’exprimer pour changer les mentalités, pour encourager l’égalité  », a indiqué Abanda.




« C’est décourageant, ça casse le moral et ça fait mal» a aussi affirmé l`athlète, qui se dit malade malgré sa victoire (6-2 ; 6-4) contre la Belge Yanina Wickmayer, ce mercredi. D`ailleurs, elle dit ne pas savoir comment elle va pouvoir affronter jeudi la Russe Anna Blinkova au deuxième tour du tournoi.

 

 

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here