SHARE

Samedi 1er juin 2018 (rezomontreal.ca). – « Le gouvernement fédéral est conscient que les migrants irréguliers exercent de nouvelles pressions sur certaines provinces, qui doivent trouver de l’hébergement temporaire pour ces demandeurs d’asile.




« Au nom de mes collègues, l’honorable Marc Garneau, ministre des Transports, et l’honorable Ralph Goodale, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, et en réponse à l’appel de nos partenaires provinciaux, je suis heureux d’annoncer que le gouvernement du Canada versera 50 millions de dollars aux provinces de Québec, de l’Ontario et du Manitoba, car ce sont elles qui sont les plus touchées par les coûts de l’hébergement temporaire.

« Nous reconnaissons que les provinces et les municipalités ont travaillé très fort pour offrir, entre autres, de l’hébergement, et nous saluons leur collaboration. Notre gouvernement est désireux d’apporter sa contribution à cet effort et alloue ces fonds pour aider à atténuer la pression dans l’immédiat; nous continuerons les discussions avec nos partenaires au sujet de cet enjeu.

« Ces fonds apporteront une aide immédiate aux provinces pour qu’elles puissent continuer d’offrir de l’hébergement temporaire. Le Québec recevra 36 millions de dollars, l’Ontario, 11 millions de dollars, et le Manitoba, 3 millions de dollars en vue de compenser les coûts engagés pour l’hébergement.




« Le Québec, l’Ontario et le Manitoba, ainsi que leurs grandes municipalités, en particulier Montréal et Toronto, ont investi des efforts extraordinaires dans ce secteur, ce qui leur a permis de bien gérer l’afflux des demandeurs d’asile irréguliers dont le nombre n’a cessé d’augmenter depuis l’année dernière. Nous espérons poursuivre notre collaboration avec les provinces et les municipalités pour répondre au besoin à court terme d’hébergement temporaire.

« L’afflux continu de demandeurs d’asile arrivant au Canada entre les points d’entrée a exercé des pressions accrues sur les provinces pour ce qui est de fournir un logement et des services sociaux à un nombre croissant de demandeurs d’asile. Nous sommes conscients des pressions auxquelles sont confrontés le Québec, l’Ontario et le Manitoba, et nous poursuivrons nos discussions avec ces provinces pour mettre en place des solutions à plus long terme, qui comprendraient, entre autres, du financement supplémentaire pour de l’hébergement temporaire.

« Vu les circonstances, notre gouvernement a puisé un montant de 173,2 millions de dollars dans le budget de 2018 pour gérer la migration irrégulière. Ces fonds serviront à appuyer la réception des nouvelles demandes d’asile, les procédures d’enquête et de sécurité de première ligne, l’examen de l’admissibilité, les examens et les interventions de la Commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada, le renvoi des demandeurs déboutés, ainsi que la détention et le renvoi des personnes qui posent un risque pour la sécurité des Canadiens.



« Nous sommes aussi conscients que lorsque les demandeurs d’asile sont en mesure de travailler et de subvenir à leurs besoins, ils n’exercent pas de pression sur les services sociaux des provinces pendant qu’ils attendent que leur cause soit entendue. C’est pourquoi nous avons accéléré la délivrance des permis de travail pour les demandeurs d’asile qui se trouvent partout au Canada, notre norme de service étant de 30 jours. »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here