SHARE

L’Association canadienne des individus retraités (CARP), le Conseil des consommateurs du Canada et la Fondation canadienne pour l’avancement des droits des investisseurs (FAIR Canada) font appel au gouvernement du Canada pour protéger les consommateurs de services bancaires, en désignant un organisme unique, sans but lucratif, qui agirait à titre d’ombudsman pour les opérations bancaires de détail à travers le pays

Vendredi 11 octobre 2018 ((rezonodwes.com))– La CARP, le Conseil des consommateurs du Canada et FAIR Canada ont lancé une campagne d’envoi de lettres destinées aux membres du parlement pour que ces derniers agissent et protègent les consommateurs. Les consommateurs peuvent visiter ce site carp.ca/unombuds pour se faire entendre.




Dans le cadre du système ayant actuellement cours au Canada, les banques sont libres de choisir leur propre arbitre. Elles s’assurent ainsi que leurs différends avec les consommateurs sont résolus à la faveur des banques. Les banques ont la liberté de choisir leurs organes externes pour résoudre les plaintes des consommateurs qui n’ont pas pu être résolues directement avec la banque. Cela force les firmes de règlement des différends à concurrencer pour faire affaire avec les différentes banques. Les firmes ont donc de la pression afin de se prononcer en faveur des banques, pour qu’elles continuent de faire appel à leurs services.

Les consommateurs n’ont aucun droit de regard dans le choix du fournisseur utilisé pour résoudre le différend. Il est absurde que les consommateurs doivent avoir recours aux services d’un organisme privé à but lucratif et choisi par l’institution bancaire pour résoudre leur différend.

« Le système, dans sa forme actuelle, est profondément injuste parce qu’il protège les puissantes banques au détriment des intérêts des consommateurs, » [Traduction] déplore Wanda Morris, Chef de l’engagement et de la solidarité, CARP. « Cet effort vise à placer les consommateurs, plus particulièrement les personnes vulnérables et les personnes âgées, sur un pied d’égalité avec les banques. Chaque demande de règlement de différend doit être résolue de façon juste, par un organe externe à but non lucratif responsable, indépendant, transparent, juste et accessible. » [Traduction]




« Une politique mal conçue érode la modeste responsabilité existante des consommateurs par rapport à la façon dont est traité dans ce pays le règlement des différends du système bancaire, » affirme Don Mercer, président du Conseil des consommateurs du Canada. [Traduction] « Étant donné les récentes révélations en lien avec les pratiques de vente du secteur bancaire, cet état des choses est devenu de plus en plus scandaleux. » [Traduction]

« Nous faisons appel au gouvernement du Canada, dans le cadre de cet examen complet du cadre de travaux de la protection du consommateur de services bancaires, pour désigner l’ombudsman des services bancaires et d’investissement (OSBI) comme le seul ombudsman pour les plaintes relatives aux services bancaires, » [Traduction] explique Marian Passmore, Directrice de la politique et chef de l’exploitation de la Fondation canadienne pour l’avancement des droits des investisseurs (FAIR Canada).




Même si le gouvernement du Canada est conscient de ce système, les Canadiens concernés doivent tout de même insister pour que le gouvernement agisse. Il est de la responsabilité des consommateurs de faire part de leurs besoins et de s’assurer que les citoyens ordinaires ont accès à la justice.

Il est temps de cesser de protéger les grandes et riches banques et de commencer à prioriser les consommateurs canadiens.

SOURCE CARP

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here