SHARE

Une allocation plus inclusive et souple pour les parents qui en ont besoin

Ottawa, lundi 1er octobre 2018 (rezomontreal.ca). – Le décès ou la disparition d’un enfant est une situation terrible à vivre. Cet événement peut faire en sorte que les parents ne sont plus en mesure de travailler et ont besoin de soutien. Afin de s’assurer que les familles des victimes obtiennent l’aide dont elles ont besoin, le ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, l’honorable Jean-Yves Duclos, a annoncé le 25 mai 2018 la nouvelle Allocation canadienne aux parents de jeunes victimes de crimes.




L’Allocation canadienne aux parents de jeunes victimes de crimes remplace le Soutien du revenu pour les parents d’enfants assassinés ou disparus et offre un meilleur appui aux parents qui doivent composer avec ces circonstances tragiques. La nouvelle allocation est plus inclusive et souple, permettant à davantage de parents d’obtenir l’aide dont ils ont besoin. À compter du 30 septembre 2018, les améliorations suivantes entreront en vigueur :

la limite d’âge des jeunes victimes passe de 18 à 25 ans;
le montant de l’allocation hebdomadaire passe de 350 $ à 450 $;
la période pendant laquelle les bénéficiaires peuvent recevoir l’allocation passe de un à deux ans;
les bénéficiaires peuvent désormais travailler la moitié des heures prévues à leur horaire normal dans une semaine, jusqu’à concurrence de 20 heures par semaine;
l’exigence selon laquelle les parents sont tenus d’attester que leur enfant n’était pas partie consente au crime est éliminée pour les enfants de 14 ans et moins.
Cette allocation offre une aide au revenu aux parents admissibles qui subissent une perte de revenu parce qu’ils ont pris congé de leur travail afin de composer avec le décès ou la disparition d’un ou de plusieurs de leurs enfants à la suite d’une infraction probable du Code criminel. Les parents admissibles auront deux ans suivant l’incident pour demander à recevoir des paiements hebdomadaires de 450 $, payés toutes les deux semaines pendant un maximum de 35 semaines.




Ces améliorations s’ajoutent aux modifications apportées de façon continue à la prestation des services et aux efforts de communication visant à mieux faire connaître l’allocation aux familles qui sont touchées par un événement aussi tragique. Le gouvernement entend également modifier le Code canadien du travail afin d’offrir la protection de l’emploi aux travailleurs du secteur privé sous réglementation fédérale pendant qu’ils s’absentent et reçoivent l’allocation.

Les demandes touchant des incidents qui se sont produits avant le 30 septembre 2018 seront évaluées en fonction des critères d’admissibilité du soutien du revenu précédent, mais les paiements augmenteront à 450 $ à compter d’aujourd’hui. Les bénéficiaires pourront travailler 50 % de leurs heures régulières après le 30 septembre 2018, jusqu’à concurrence de 20 heures par semaine.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here