SHARE

Selon la Note de recherche du Conference Board du Canada, l‘immigration demeurera une solution formatrice, représentant l’ensemble de la croissance nette de la population active du Canada de 2018 à 2040, soit– 3,7 millions de travailleurs — et un tiers du taux de croissance économique




Ottawa, vendredi 3 mai 2019 (rezomontreal.ca). – L’immigration s’avère le remède principal pour contrer la crise imminente qui risque de frapper le marché du travail. D’ici 2030, les 9,2 millions de baby-boomers du Canada auront atteint l’âge de la retraite, ce qui exercera des pressions économiques et financières sur le Canada.

« L’immigration compte vraiment pour le Canada et le rapport Seuls, nous n’y arriverons pas souligne que notre économie dépend de l’immigration et que nous devons continuer à faire un effort concerté pour attirer les meilleurs talents du monde entier afin de combler les pénuries de main-d’œuvre actuelles et futures », a déclaré Ahmed Hussen, ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté du Canada




« Le rapport Seuls, nous n’y arriverons pas signale, chiffres à l’appui, que l’immigration est, de toutes les mesures, la mesure la plus importante pour reconstituer la population active, a déclaré Pedro Antunes, économiste en chef du Conference Board du Canada. Ces solutions, y compris une meilleure intégration des groupes sous-représentés au marché du travail, permettent d’optimiser le maintien d’une main-d’œuvre croissante pour stimuler l’activité économique. Elles permettent également de chiffrer les recettes fiscales nécessaires pour financer certaines dépenses sociales cruciales telles que la hausse des coûts des soins de santé », a-t-il ajouté.

  • De 2018 à 2040, 13,4 millions de travailleurs quitteront la population active, ce qui est de loin supérieur aux 11,8 millions de travailleurs qui quitteront les institutions d’enseignement canadiennes pour prendre leur place sur le marché du travail.
  • En raison du vieillissement de la population et du faible taux de fécondité, de nouvelles sources de talents s’imposent pour combler le déclin de la population active et maintenir le niveau de vie élevé du Canada.
  • L’augmentation du taux d’activité pourrait ajouter 101 G$ à l’économie et 2,2 millions de travailleurs à la population active d’ici 2040, y compris un plus grand nombre de femmes, d’Autochtones et de personnes handicapées.
  • L’immigration demeurera une solution formatrice, représentant l’ensemble de la croissance nette de la population active du Canada de 2018 à 2040, soit– 3,7 millions de travailleurs — et un tiers du taux de croissance économique.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here