SHARE

Au Québec, les femmes obtiennent leur grade de premier ou de deuxième cycle plus hâtivement que les hommes, un fait qu’on observe également en Ontario. Par exemple, en 2016, parmi les diplômés ayant obtenu un grade de premier cycle, les moins de 25 ans représentaient :

  • 49,9 % des hommes et 56,8 % des femmes au Québec;
  • 70,8 % des hommes et 75,4 % des femmes en Ontario.

Dans les deux provinces, la différence entre les sexes relativement à l’âge d’obtention du grade est observée chez les étudiants internationaux1, chez les citoyens canadiens et, de manière générale, chez les résidents permanents. Ces constats ressortent d’une analyse parue dans le bulletin S@voir stat diffusé aujourd’hui par l’Institut de la statistique du Québec. Cette analyse, qui couvre la période allant de 2001 à 2016, est basée sur les données du Système d’information sur les étudiants postsecondaires (SIEP) de Statistique Canada.

Par ailleurs, au Québec, peu importe le cycle, les diplômés obtiennent leur grade plus tardivement que leurs homologues en Ontario, ce qui s’explique notamment par la différence entre les systèmes d’éducation des deux provinces.

Augmentation de la part des grades décernés à des étudiants internationaux

L’analyse fait également ressortir que la part des grades décernés aux étudiants internationaux a augmenté au Québec et en Ontario aux trois cycles, mais spécialement au deuxième et au troisième. De 2006 à 2016 :

  • au Québec, la part des grades décernés aux étudiants internationaux est passée de 19,2 % à 24,9 % au deuxième cycle et de 15,1 % à 28,8 % au troisième cycle;
  • en Ontario, cette part est passée de 11,3 % à 23,2 % au deuxième cycle et de 10,3 % à 19,4 % au troisième cycle.

____________________________________

1

Les étudiants internationaux sont ceux qui étudient dans un pays qui n’est pas leur pays de résidence.  

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here