SHARE

Le Sommet mondial 2019 du Partenariat pour un gouvernement ouvert (PGO), qui a eu lieu à Ottawa – une première au Canada – s’est officiellement terminé aujourd’hui. Au cours de ces trois jours, plus de 2 000 représentants gouvernementaux, membres de la société civile et citoyens de plus de 100 pays se sont réunis dans le cadre de 100 séances distinctes au cours desquelles les gouvernements du monde entier se sont penchés sur les nouvelles normes de la démocratie numérique, ainsi que sur les mesures à prendre pour rétablir la confiance du public, protéger la vie privée et combattre la désinformation.

« Un gouvernement ouvert, c’est un bon gouvernement, surtout en ce qui concerne la nouvelle agora numérique », a fait remarquer l’honorable Joyce Murray, présidente du Conseil du Trésor et ministre du Gouvernement numérique. « Le Canada est fier d’avoir accueilli le monde entier à Ottawa pour tenir des conversations honnêtes, opportunes et importantes sur la protection de la participation, la promotion de l’inclusion et l’élargissement de l’impact d’un gouvernement ouvert. »

« Un gouvernement inclusif, c’est un meilleur gouvernement », a ajouté Nathaniel Heller, coprésident du Partenariat pour un gouvernement ouvert et vice-président exécutif de Results for Development. « Lorsque nous prenons le temps de quitter les édifices du gouvernement et des capitales pour avoir des conversations significatives avec un plus grand nombre de nos voisins et de nos concitoyens, d’importantes idées émergent qui entraînent des réformes qui touchent la vie des gens. »

Appuyé par les membres du Partenariat aux vues similaires, le Canada a également soutenu une campagne lancée par John Penrose, champion du premier ministre du Royaume-Uni en matière de lutte à la corruption et ministre d’État pour l’Irlande du Nord, pour améliorer la transparence de la propriété bénéficiaire.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here