SHARE

56 % des adultes québécois ont utilisé Internet pour interagir avec le gouvernement du Québec ou leur municipalité en 2018, ce qui représente une augmentation de 12 points de pourcentage par rapport à 2017, révèle le CEFRIO dans son volet Services gouvernementaux en ligne de l’enquête NETendances rendu public aujourd’hui. L’analyse des données recueillies font également état que 8 adultes québécois sur 10 jugent être « habiles » à trouver en ligne des renseignements sur les programmes et les services gouvernementaux.




L’essayer, c’est l’adopter ?
Les résultats de l’enquête NETendances soulignent que les internautes ayant utilisé les sites Web du gouvernement du Québec au cours des douze derniers mois sont plus nombreux à mentionner que ces sites sont faciles à utiliser (74 % comparativement à 55 % des autres internautes). C’est d’ailleurs ¾ des internautes interrogés (76 %) qui ont une perception positive des sites Web du gouvernement en 2018 puisque ceux-ci répondaient de façon générale à leurs besoins.

En parallèle à ces données, une portion de l’enquête portant sur la perception des habiletés personnelles révèle que 3 adultes québécois sur 4 se considèrent comme étant habiles en 2018 pour utiliser les services en ligne du gouvernement du Québec, une perception positive observée notamment dans une plus grande proportion chez les 25 à 44 ans, les diplômés universitaires et les répondants déclarant des revenus familiaux annuels de 100 000 $ et plus.

Selon Claire Bourget, directrice principale Recherche et marketing au CEFRIO : « Il est intéressant d’observer également entre 2017 et 2018, une augmentation de l’ordre de dix points de pourcentage de la proportion d’adultes qui jugent avoir des habiletés élevées pour trouver en ligne des renseignements sur les programmes et services gouvernementaux. C’est très positif. »

Les services en ligne en tête

En 2018, plus de huit adultes québécois sur dix (81 %) affirment que leur premier réflexe pour chercher de l’information sur les services gouvernementaux passe par un moyen Web, respectivement 87 % chez les 18 à 54 ans et 71 % chez les 55 ans et plus. NETendances s’est également intéressée aux raisons de ne pas utiliser en premier lieu Internet pour chercher de l’information sur les services gouvernementaux. L’enquête révèle que pour la moitié (51 %) des adultes québécois qui n’envisagent pas d’utiliser d’abord Internet, c’est parce qu’ils préfèrent encore parler à quelqu’un de vive voix, par téléphone ou autre.




Enfin, parmi les internautes qui ont jugé « faible » leur niveau d’habiletés personnelles pour utiliser les services en ligne du gouvernement du Québec, plus de la moitié d’entre eux (60 %) trouveraient utile de pouvoir obtenir de l’aide de la part d’un agent au téléphone, ce qui indique que le support téléphonique a toujours sa place.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here