SHARE

Alors que s’achève une saison marquée par le beau temps et des rendez-vous enlevants, Festivals et Événements Majeurs Canada (FAME) et le Regroupement des événements majeurs internationaux (RÉMI) interpellent les partis politiques en campagne électorale, afin qu’ils s’engagent de diverses manières à assurer un environnement d’affaires optimal à leurs membres, favorable au développement économique et au tourisme international.

Dans un court document « Des idées pour votre parti et votre plateforme électorale à l’intention des festivals et événements », les associations proposent des mesures concrètes touchant la sécurité, la fiscalité, la culture et la croissance.

Il y est notamment question de compléter l’élargissement des critères du Programme d’infrastructures pour les communautés à risque pour y permettre l’entrée des festivals et événements. Le renouvellement des mesures budgétaires 2019-2020 et 2020-2021 visant tout particulièrement Patrimoine canadien, qui ont réjoui FAME et le RÉMI en mars dernier, figure également à la liste.

Il y a un an, une étude de KPMG évaluait qu’un groupe de 17 événements canadiens générait annuellement des retombées économiques de 290,8 M$ (valeur ajoutée aux prix du marché), qu’il avait créé ou maintenu l’équivalent de 4 606 emplois (équivalent à temps plein) et produit des revenus fiscaux de 66,6 M$, dont 17,3 M$ pour le gouvernement du Canada.

La même étude concluait que le gouvernement du Canada récupérait 1,78 fois sa mise, sous forme de taxes et impôts, lorsqu’il investit dans les événements.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here