SHARE

Le nouvel Indice canadien du bien-être chez les enfants et les jeunes d’UNICEF Canada dévoile un portrait inquiétant

Un nouveau rapport détaillé d’UNICEF Canada s’est penché sur l’évaluation que font les enfants de leur vie. Les résultats indiquent que le Canada est un endroit où il est difficile de grandir.

Au Canada, seulement 55 pour cent des enfants font état d’un degré élevé de satisfaction à l’égard de leur vie : 27 pour cent d’entre eux se sentant tristes ou désespérés pendant de longues périodes, et un enfant sur trois déclarant éprouver chaque semaine des symptômes liés à la détresse mentale, notamment des maux de tête et des maux d’estomac.

Ces statistiques alarmantes font partie des principales conclusions du premier rapport de référence de l’Indice canadien du bien-être chez les enfants et les jeunes, publié aujourd’hui par l’initiative Une jeunesse d’UNICEF Canada.

Les adultes qui décident des politiques et des mesures qui touchent les jeunes doivent commencer à les écouter afin de mieux comprendre les problèmes auxquels ils font face, tout en se fiant à leurs idées pour créer des solutions efficaces. La plupart des Canadiennes et des Canadiens pensent que le Canada est un pays où il fait bon grandir.

« On demande généralement aux gens comment ils vont au lieu de leur parler de comment ils vont; pourquoi cela devrait-il être différent avec les enfants et les jeunes? Le Canada ne deviendra pas le meilleur pays où grandir si nous ne travaillons pas en collaboration avec les enfants et les jeunes qui font face aux difficultés actuelles liées à l’enfance », a déclaré Kamar, un jeune bénévole de l’initiative Une jeunesse d’UNICEF Canada âgé de 16 ans.

L’Indice mesure 125 indicateurs de la vie des enfants et des jeunes, de leur naissance jusqu’à l’âge de 18 ans, au moyen des données existantes les plus récentes. Il étudie neuf dimensions de la vie des enfants : le bonheur et le respect, le sentiment d’appartenance, la sécurité, la participation, la liberté de jouer, la protection, l’apprentissage, la santé et le fait de se sentir en harmonie avec son environnement.

Des jeunes âgés de moins de 18 ans ont contribué à la création de l’Indice, 60 pour cent des indicateurs étant basés sur l’autoévaluation des enfants et des jeunes de leur propre bien-être. La question centrale à laquelle les jeunes souhaitent que l’Indice réponde est : « Sommes-nous heureux et respectés? ».

Les conclusions de l’Indice canadien du bien-être chez les enfants et les jeunes comprennent :

  • un jeune sur quatre va parfois au lit ou à l’école le ventre vide;
  • plus d’un tiers des jeunes sont l’objet de discrimination;
  • 27 pour cent sont souvent l’objet d’intimidation, et 28 pour cent ont participé à des bagarres;
  • seulement 43 pour cent se sentent soutenus par leurs enseignantes et enseignants, et à peine 3 pour cent se sentent à l’aise d’être eux-mêmes à l’école;
  • 23 pour cent disent ne jamais, ou presque jamais, voir leurs amis en dehors de l’école;
  • la plupart des jeunes (81 %) atteignent ou dépassent les normes internationales de réussite scolaire;
  • 17 pour cent disent avoir des contraintes de temps, et un quart des jeunes déclarent être surchargés de travaux scolaires;
  • seulement 21 pour cent des enfants âgés de 5 à 11 ans consacrent au moins 1,5 heure par jour à des jeux actifs ou à des activités non structurées.

UNICEF Canada conclut que les inégalités croissantes de revenu et l’insécurité économique ont des effets négatifs sur tous les aspects de la vie des enfants au Canada, y compris sur leur santé mentale, leurs relations et leur bonheur. La population canadienne doit améliorer cette situation en créant des politiques et autres mesures publiques en tenant compte des points de vue et des idées des jeunes.

« Les enfants au Canada nous disent à quoi ressemble l’enfance dans la société actuelle, et nous devons toutes et tous commencer à les écouter. Les causes profondes de nos résultats lamentables dans les principaux indicateurs sont les inégalités de revenu et les inégalités sociales. Nous devons nous attaquer de front à ces problèmes pour que nos jeunes aient l’enfance qu’ils méritent », a déclaré David Morley, le président et chef de la direction d’UNICEF Canada.

L’Indice canadien du bien-être chez les enfants et les jeunes a été rendu possible grâce au soutien de nos partenaires fondateurs et collaborateurs : l’Indice canadien du bien-être de l’Université de Waterloo, la Fondation Lyle S. Hallman, la Fondation Lawson, Intact et Overlap Associates.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here