SHARE

GSK et Medicago ont annoncé aujourd’hui leur collaboration en vue de développer et d’évaluer un vaccin candidat contre la COVID-19 réunissant les Particules Pseudo-Virales du Coronavirus recombinantes (PPVCo) de Medicago et le système adjuvant à usage pandémique de GSK. Les PPVCo imitent la structure du virus qui cause la maladie à coronavirus (COVID-19), de sorte qu’elles peuvent être reconnues par le système immunitaire.

L’utilisation d’un adjuvant peut revêtir une importance particulière en situation de pandémie, car elle pourrait amplifier la réponse immunitaire et réduire la quantité d’antigène requis dans chaque dose, permettant ainsi de produire plus de doses du vaccin et de protéger plus de gens.

Les résultats précliniques ont montré que le vaccin candidat PPVCo de Medicago était associé à un taux élevé d’anticorps neutralisants après l’administration d’une seule dose avec adjuvant.

Les essais cliniques de phase I, qui devraient commencer à la mi-juillet, porteront sur l’innocuité et l’immunogénicité de trois différentes doses d’antigènes combinées à l’adjuvant à usage pandémique de GSK, en parallèle avec un adjuvant d’une autre société, administrées selon un calendrier de vaccination à 1 dose ou de 2 doses données à 21 jours d’intervalle.

Sous réserve de résultats cliniques favorables et de considérations réglementaires, les sociétés veulent terminer le développement du vaccin et offrir celui-ci au cours du premier semestre de 2021. Les deux sociétés évalueront aussi la possibilité d’étendre leur collaboration au développement d’un vaccin candidat contre la COVID-19 post pandémique, si l’évolution de la maladie après la pandémie l’exigeait, et de vaccins candidats contre d’autres maladies infectieuses.

Les sociétés fabriqueront les antigènes vaccinaux contre la COVID-19 à l’aide de la plateforme de production sur plantes de Medicago. Cette technologie novatrice consiste à utiliser les feuilles d’une plante comme bioréacteurs pour produire la protéine S (spike) qui s’assemble en PPV, lesquelles seront utilisées dans la composition du vaccin candidat PPVCo. Cette plateforme de production est hautement adaptable et peut soutenir la production de grandes quantités de vaccin dans un délai considérablement réduit.

Grâce à cette technologie combinée au système adjuvant exclusif à GSK, les sociétés croient être en mesure de fabriquer environ 100 millions de doses d’ici la fin de 2021. À la fin de 2023, une usine de grande échelle en construction à Québec, au Canada, devrait pouvoir fournir jusqu’à 1 milliard de doses par an. La plateforme de production sur plantes a servi à produire un vaccin PPV contre la grippe saisonnière et la demande de licence est en cours d’examen par les autorités réglementaires canadiennes.

Le Dr Thomas Breuer, chef de la direction médicale, GSK Vaccins, a déclaré ce qui suit : « Cette entente ouvre la voie à une option vaccinale novatrice qui allie une technologie modulable de production d’antigènes sur plantes et un adjuvant permettant de réduire les doses en temps de pandémie. Si elle est fructueuse, elle contribuera grandement à la lutte contre la COVID-19. Nous avons la ferme conviction que plusieurs vaccins seront nécessaires, y compris des vaccins à usage post pandémique. Cette technologie fondée sur des plantes recèle des promesses qui vont plus loin que la COVID-19 et pourrait aider à prévenir d’autres maladies infectieuses ».

Le Dr Bruce Clark, président et chef de la direction de Medicago, a ajouté : « Nous sommes sur le point d’entreprendre les essais cliniques avec notre vaccin candidat PPVCo, qui tire profit de la technologie d’adjuvant à usage pandémique de GSK contre le virus qui cause la COVID-19. Cette collaboration avec GSK nous donne accès non seulement à un adjuvant éprouvé qui pourrait augmenter l’efficacité de notre vaccin candidat, mais aussi à une vaste expérience scientifique pour appuyer nos efforts de développement. »

GSK et Medicago ont conclu un accord de développement et de fabrication d’un vaccin avec adjuvant contre la COVID-19. Medicago est une société privée appartenant conjointement à Mitsubishi Tanabe Pharma (MTPC) et à Philip Morris International (PMI), avec des parts respectives de 67:33. PMI a indiqué qu’elle est disposée à étudier, pour ses actions, les offres de parties mieux placées pour aider Medicago à poursuivre son parcours, et a entrepris un examen préliminaire pour déterminer la participation et la structure de gouvernance qui seraient optimales pour le succès futur de Medicago.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here