SHARE

 L’Université de Sherbrooke entre dans une nouvelle ère numérique axée sur la recherche et l’innovation dans le domaine des télécommunications sans fil en partenariat avec Bell. Les systèmes de communication avancés de la 5G sans fil de Bell seront installés à l’Institut interdisciplinaire d’innovation technologique (3IT) pour mener des projets de recherche et développer des technologies dans des secteurs tels que l’Internet des objets (IdO), le manufacturier innovant et la gestion intelligente de l’énergie.

« Nous sommes très heureux de la confiance que Bell témoigne à l’Université de Sherbrooke et à nos chercheurs en décidant d’investir dans ce partenariat, indique Vincent Aimez, vice-recteur à la valorisation et aux partenariats. Les preuves de concept, l’évaluation des avantages associés à ces technologies et leur effet positif concernant le rendement du capital investi nous permettront de développer des solutions qui répondront à de nombreux besoins dans la société, comme la gestion intelligente de l’énergie et la mobilité intelligente et décarbonnée. »

« Alors que le monde commence à adopter la prochaine génération de technologies sans fil, Bell s’engage à assurer que la recherche au Québec demeure à l’avant-garde de l’innovation 5G, a affirmé Nicholas Payant, vice-président, connectivité et fiabilité, Bell, également un gradué de l’Université de Sherbrooke. Je suis très familier avec les forces de l’Université de Sherbrooke et je suis fier que l’équipe Bell contribue avec notre expertise et nos meilleurs réseaux en partenariat avec l’université alors que nous transformons la façon dont les Québécois communiquent entre eux et avec le reste du monde. »

« Les réseaux d’antennes intelligentes à grande échelle constituent la pierre angulaire de la 5G, explique le professeur Sébastien Roy du Département de génie électrique et de génie informatique de la Faculté de génie. Le partenariat avec Bell permettra de poursuivre la recherche et le développement de ces technologies sur un axe fondamental, mais en se basant sur des données réelles, provenant de véritables réseaux et des produits commerciaux disponibles ou en voie de l’être. »

Vers la transformation numérique des entreprises
Des technologies de pointe développées à l’Université de Sherbrooke deviendront un levier qui permettra aux entreprises d’atteindre leurs objectifs stratégiques et, dans certains cas, de réinventer leurs modèles d’affaires, notamment dans l’industrie manufacturière.

« La survie et la croissance de l’industrie manufacturière, dans un contexte mondial hautement concurrentiel, reposent sur l’appropriation de nouvelles technologies, sur la maîtrise et la valorisation des données, a déclaré Sébastien Houle, directeur général de Productique Québec. Aujourd’hui, ce ne sont plus les grandes entreprises qui dépassent les petites, ce sont les plus rapides qui devancent les plus lentes. »

Technologie responsable
Coresponsable de l’axe « impacts, usages et société » de l’Unité mixte internationale – Laboratoire de Nanotechnologies et Nanosystèmes de l’Université de Sherbrooke, Céline Verchère voit dans ce partenariat l’occasion de mener des recherches sur les retombées du déploiement de ces technologies pour la société. « Dans l’innovation, comment assurer le développement technologique associé au progrès économique, tout en gérant simultanément l’impact de ce développement sur la société, dans un contexte où les enjeux et défis socio environnementaux prennent de plus en plus d’importance? Cela fait partie de notre mission, en tant que chercheurs et chercheuses, de se pencher sur ces questions. »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here