Les syndicats de l'hôtellerie intensifient les moyens de pression lors du Grand Prix

La 11e ronde de négociation coordonnée regroupe plus de 3500 travailleuses et travailleurs de 30 syndicats de l'hôtellerie des régions de la Capitale-Nationale, de l'Estrie, du Saguenay-Lac-Saint-Jean et du Grand Montréal. Ces syndicats portent une plateforme de demandes communes qu'ils ont le mandat de négocier avec leurs employeurs respectifs.

Publié  43 Vues actualisé 3 journées depuis

En pleine fin de semaine du Grand Prix, les syndicats de l'hôtellerie ont intensifié leurs moyens de pression en projetant un message géant sur la façade de l'hôtel Ritz Carlton à Montréal. Cette initiative a été menée par les 30 syndicats participants à la 11e ronde de négociation coordonnée, qui ont adopté un mandat de moyens de pression alors que l'été s'annonce chargé pour l'industrie hôtelière.

Hier soir, le message "Notre relance à nous, c'est maintenant" était visible sur la devanture de l'hôtel de luxe, marquant le début des actions pour obtenir des avancées dans les négociations pour les 3500 travailleurs et travailleuses du secteur. Les membres prévoient également de porter des objets de visibilité au travail dans les jours à venir pour soutenir leur cause.

"Tout le monde s'attend à un été très profitable dans le secteur hôtelier québécois. Les travailleuses et les travailleurs veulent leur juste part de cette croissance. Le prix des chambres a explosé de 67 % depuis 2020, mais les salaires n'ont pas suivi. L'inflation pèse lourdement et des augmentations salariales significatives sont nécessaires. Nous portons sept demandes communes pour améliorer les conditions de travail de ceux qui fournissent des services à la clientèle. En passant en mode action, nous nous assurons d'avoir l'attention des hôteliers", a déclaré Michel Valiquette, responsable du secteur de l'hôtellerie et trésorier de la Fédération du commerce-CSN.

Les sept demandes communes incluent :

Une augmentation salariale de 36 % sur quatre ans pour compenser la perte du pouvoir d'achat due à l'inflation.

Une augmentation de la contribution de l'employeur au régime d'assurance collective.

Un meilleur encadrement de la formation pour la relève et un soutien accru aux formateurs.

Une révision de l'accès et de la rémunération des vacances annuelles pour attirer de nouveaux talents et reconnaître l'expérience du personnel actuel.

L'élimination du recours aux agences de placement.

La réduction de la surcharge de travail pour protéger le personnel.

Le droit des employés de décider eux-mêmes du partage des pourboires.


Votre réaction?

0
LOL
0
LOVED
0
PURE
0
AW
0
FUNNY
0
BAD!
0
EEW
0
OMG!
0
ANGRY
0 Commentaires