1600 auxiliaires d'enseignement de McGill en grève dès lundi

Fondée en 1921, la CSN est la première grande centrale syndicale québécoise. Composée de plus de 1 600 syndicats, elle défend près de 325 000 travailleuses et travailleurs réunis dans huit fédérations ainsi que dans treize conseils centraux régionaux, principalement sur le...

Publié  565 Vues actualisé 4 mois depuis

N'ayant toujours pas reçu d'offre satisfaisante de la part de l'Université McGill, les 1600 assistantes et assistants d'enseignement de l'institution entameront une grève de huit semaines ce lundi, mettant en péril la fin de la session universitaire.

« Nous avons fait tout ce que nous pouvions pour négocier de bonne foi, mais il semble que McGill ne soit pas disposée à y mettre du sien pour que l'on parvienne à une entente. Nous n'avons pas d'autre choix que d'exécuter notre mandat de grève », explique Fanny Teissandier, une assistante d'enseignement qui espère que l'Université ne fera pas traîner le conflit de travail jusqu'à la fin de la session. « McGill fonctionne parce que nous travaillons ! », ajoute-t-elle. 

La semaine dernière, les auxiliaires d'enseignement de l'Université ont voté à 87,5 % en faveur du mandat de grève. Ces derniers sont en négociation depuis septembre pour assurer le renouvellement de leur convention collective. Le syndicat réclame une augmentation de salaire substantielle pour pallier la hausse du coût de la vie et rattraper le salaire moyen des auxiliaires d'enseignement d'autres grandes universités canadiennes telles que l'Université de Toronto, l'Université Queen's, l'Université McMaster et l'Université de la Colombie-Britannique. 

Les travailleuses et les travailleurs demandent également que les heures de cours qui leur sont attribuées soient indexées par rapport au nombre d'étudiantes et d'étudiants. Le syndicat craint que la baisse des heures constatée ces dernières années n'affecte la qualité de la formation à l'Université. 

« Les auxiliaires d'enseignement jouent un rôle essentiel dans la qualité de l'éducation à McGill. En ce moment, leur apport est mis en péril par l'attitude de l'administration. McGill est-elle vraiment prête à laisser les personnes étudiantes terminer leur session sans les auxiliaires ? La balle est dans le camp de l'Université », déclare Caroline Senneville, présidente de la Confédération des syndicats nationaux.

« La négociation a été décevante pour le syndicat, car le comité de négociation a fait preuve de flexibilité et il a reçu très peu d'ouverture en échange de la part de l'Université. Le mandat de grève est fort et nos membres ne reculeront pas avant d'avoir obtenu une offre salariale respectueuse », affirme Christine Gauthier, vice-présidente de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec-CSN (FNEEQ-CSN). 

« En pleine crise du coût de la vie, la lutte des auxiliaires de McGill est une lutte pour le respect et pour des conditions de travail décentes. Les travailleuses et les travailleurs peuvent compter sur la CSN pour être à leurs côtés jusqu'au bout de leur lutte », ajoute Chantal Ide, vice-présidente du Conseil central du Montréal métropolitain-CSN. 


csn

Votre réaction?

0
LOL
0
LOVED
0
PURE
0
AW
0
FUNNY
0
BAD!
0
EEW
0
OMG!
0
ANGRY
0 Commentaires